Le principe de solidarité ne peut se résumer àune journée...

Les premiers signataires : ANPIHM, APAJH, FCPE, UNSA, FSU, FDFA
samedi 14 mai 2005
par SEGURA
popularité : 2%

Paris, le 11 mai 2005

Le principe de solidarité ne peut se résumer àune journée...

Les organisations et associations signataires regrettent que le gouvernement maintienne la suppression du caractère férié du lundi de Pentecôte, et ce, malgré les protestations exprimées dés l’origine par les principaux intéressés, les personnes « handicapées  » et les représentants des personnes âgées.

Elles regrettent qu’àune solidarité naturelle financée par l’impôt soit substitué un retour àune pratique que l’on croyait disparue et qui tend àopposer deux catégories de citoyens.

Les associations et organisations signataires condamnent en outre :

la contribution presque exclusive des salariés, l’absence ou la faiblesse de contribution des professions libérales, des agriculteurs, des commerçants, des revenus du patrimoine, de l’actionnariat et autres bénéfices non salariaux, le lancement d’un système d’aide àl’autonomie sur le financement aléatoire. Déjà, au sein même du gouvernement, des voix s’élèvent pour dire que cela ne sera pas suffisant ! le choix d’une mesure qui crée de nombreux problèmes pratiques : absentéisme scolaire, désorganisation des services publics, impact sur les activités touristiques ou de loisirs. Les personnes que nous représentons, déjàtrop stigmatisées, refusent d’en porter la responsabilité.

Pour répondre aux défis majeurs que pose l’aide àl’autonomie d’un nombre croissant de citoyens, il apparaît ni possible, ni raisonnable de ne proposer qu’un simple changement de calendrier associé àquelques arrangements comptables.

Les signataires de ce communiqué souhaitent que les réponses apportées aux besoins des personnes qu’ils représentent entrent dans le cadre d’une réflexion globale et transversale sur la solidarité nationale et l’aide àl’autonomie.

Les premiers signataires : ANPIHM, APAJH, FCPE, UNSA, FSU, FDFA



Navigation