Texte action : Conseil National SNUipp 18-19 mai 2021

mercredi 26 mai 2021
popularité : 1%

Suite au Conseil National du 18 et 19 mai, Le SNUipp a adopté un texte action dont nous vous proposons les grandes lignes qui correspondent aux orientations du SNUipp-FSU 09.

Répression syndicale à l’international
Haïti traverse une crise sociale doublée d’une crise sécuritaire et démocratique qui tourne en régime de terreur. Le mouvement syndical, investi dans le mouvement populaire pour la démocratie, se mobilise et y est sévèrement réprimé. Dans de nombreux pays, le mouvement social et donc les syndicalistes sont confronté·es à des attaques, parfois mortelles, de la part des forces de sécurité. Le SNUipp-FSU continuera de prendre part aux actions de soutien, notamment celles proposées par l’Internationale de l’éducation.

Toutes aux frontières
Les migrations vers l’Europe continuent à causer dans un silence assourdissant des centaines de morts en Méditerranée.
Depuis 2015, la politique européenne d’accueil des migrant·es ne cesse de se durcir et vise à criminaliser les migrations. Ce durcissement menace les droits fondamentaux des migrant·es, en particulier des femmes qui subissent de nombreuses violences sur la route de leur exil. Pour revendiquer un accueil digne et une tout autre politique migratoire en Europe, le SNUipp, avec la FSU, appelle à participer à l’initiative "Toutes aux frontières" le 5 juillet prochain à Nice.

“Plus jamais ça”
Le plan massif de relance de Joe Biden aux Etats-Unis montre bien que d’autres choix que l’ultra-libéralisme sont possibles. De même, le succès des mobilisations écologistes montre l’engagement, notamment de la jeunesse, sur ces questions. A l’inverse, ce n’est pas l’orientation prise par le gouvernement français qui poursuit la même politique économique, écologique et sociale avec toujours plus d’austérité pour les services publics, une loi climat de façade et loin de répondre aux enjeux ou l’absence d’une contribution fiscale juste des plus riches et des entreprises à la solidarité nationale. Il maintient les réformes structurelles comme celle de l’assurance chômage et laisse planer le retour de la réforme des retraites.
Face à cette obstination, la FSU, le SNUipp avec d’autres organisations syndicales et associations portent à travers le collectif « plus jamais ça » d’autres alternatives.
Publiées dans le rapport « Pas d’emplois sur une planète morte : sauver le climat, gagner des droits, créer des emplois », 25 grandes propositions concrètes sont déclinées pour faire vivre l’articulation des réflexions et des luttes pour les « fins de mois » et contre la « fin du monde ». Cet engagement s’est traduit par une mobilisation exemplaire des salarié·es, de syndicalistes et d’écologistes pour défendre l’usine de La Chapelle Darblay en obtenant du gouvernement l’assurance d’un maintien de l’activité. Un combat emblématique à reproduire !
Les Universités des mouvements sociaux, à Nantes du 18 au 22 août seront l’occasion de poursuivre la réflexion autour de ces thèmes et de mettre en perspectives des modalités d’action.

Egalité femme/homme
La crise sanitaire a mis en lumière les fragilités et les défaillances persistantes dans notre société en matière d’égalité entre les femmes et les hommes. Durant les périodes de confinement nombreuses sont les femmes ayant mis de côté leur travail ou leur recherche d’emploi. Elles sont majoritaires dans les métiers de « première nécessité », des métiers souvent sous-payés qui n’ont obtenu aucune revalorisation importante de salaire.
Le SNUipp-FSU lutte contre les inégalités de genre et poursuivra ses actions pour plus d’égalité, véritable enjeu social et démocratique.

Lutter contre l’extrême-droite et ses idées
La politique du gouvernement, en accentuant des inégalités déjà trop importantes, est source de désespérance et favorise le terreau de l’extrême droite. Une escalade identitaire et sécuritaire s’installe ainsi à la veille des échéances électorales.
La loi séparatisme actuellement discutée au Parlement, y contribue en stigmatisant les populations musulmanes ou perçues comme telles. La loi de séparation des Églises et de l’État de 1905 se voit remise en cause, dévoyée et instrumentalisée. Par ailleurs, la publication de deux tribunes de militaires, soutenues par le Rassemblement National, est symptomatique d’une situation préoccupante. La complaisance de certains médias comme plus largement la mise en avant systématique des sujets sécuritaires participe de cette escalade.

Avec ses partenaires syndicaux, CGT et Solidaires, et associatifs, Attac, Copernic et la LDH notamment, le SNUipp, au sein de la FSU, appelle à se mobiliser le 12 juin pour les libertés et contre les idées d’extrême droite sur tout le territoire.
Face à cette escalade, cette irruption du mouvement social, et donc de la question sociale, est indispensable pour lutter efficacement contre l’extrême-droite et ses idées. Le SNUipp, avec la FSU, s’engage fortement dans cette lutte de fond à mener au quotidien.

Promouvoir l’écriture inclusive
Le ministre de l’Éducation nationale poursuit de façon entêtée son projet néfaste pour l’école. Alors même que le ministère n’impulse rien sur l’égalité professionnelle ni même sur l’égalité filles/garçons, il s’en prend à l’écriture inclusive et publie une circulaire interdisant l’usage du point médian et l’accord de proximité. Tout cela constitue un écran de fumée aux vrais problèmes de l’école, démontre la vision réactionnaire du ministre et participe de l’invisibilisation des filles et des femmes.
Le SNUipp-FSU informera la profession, à la lumière des recherches sur le sujet, sur ce qu’est réellement l’enseignement égalitaire de la langue et en quoi il contribue à promouvoir l’égalité filles/garçons à l’école. Il développera encore l’utilisation de l’écriture non sexiste dans toutes ses publications en particulier le point médian et l’accord de proximité, sans oublier doublon et mot épicène ou englobant, utilisés de façon équilibrée.

Imposer nos exigences sanitaires
Depuis septembre, le SNUipp-FSU n’a cessé de porter le renforcement des mesures sanitaires afin de protéger les élèves, leurs familles et les personnels des écoles. Nos actions syndicales ont permis d’améliorer le protocole et d’obtenir des concessions du ministère qui a enfin acté une partie de nos exigences avec la fermeture de la classe dès le premier cas positif et la non-répartition des élèves en cas d’enseignant·e absent·e. Il restera vigilant pour que ces mesures se pérennisent. Il faut aussi continuer à revendiquer la réalisation de tests salivaires massifs pour les élèves en ciblant mieux les zones en tension, exiger des masques chirurgicaux, poursuivre notre campagne pour un réel accès prioritaire à la vaccination pour le personnel et un recrutement massif pour pallier les absences qu’elles soient dues au Covid ou non. La question des détecteurs de CO2 comme celle du protocole dans les cantines et le périscolaire continueront à être portées.

Le SNUipp-FSU interviendra pour que cessent les dérives dans certains départements : appel aux retraité·es pour effectuer des remplacements, conventions passées avec des communes. Le SNUipp-FSU exige que l’Etat, en tant qu’employeur, prenne toutes ses responsabilités pour protéger la santé de tous ses personnels. Concernant les personnels vulnérables, aucune pression pour un retour prématuré en classe, ni aucun refus d’ASA ne peuvent être tolérés.

Affirmer notre plan d’urgence pour l’école
Aveugle aux conséquences scolaires et pédagogiques de la crise sanitaire, Jean-Michel Blanquer confirme sa politique éducative qui a pour conséquence la dégradation du système scolaire (maternelle, EPS, lecture, direction d’école, formation, Rep, ASH…), renforçant l’augmentation des inégalités scolaires et sociales. Pour les traiter il faut rompre avec les orientations du Ministre dans lesquelles une large majorité de collègues ne se reconnaissent pas. Le SNUipp-FSU interroge toujours publiquement la crédibilité du Ministre actuel à continuer d’être l’interlocuteur des personnels. C’est pourquoi, il ne faut abandonner aucun savoir et apport culturel, reconstruire les collectifs apprenants à rebours d’une individualisation des parcours et des apprentissages et s’appuyer sur le temps du cycle pour réaliser les apprentissages non effectués.
Un plan d’urgence, axé sur le triptyque moyens/métier/salaires, est indispensable pour renforcer le pouvoir d’agir des enseignant·es et permettre la démocratisation de la réussite scolaire.

Moyens pour l’école
Cette année encore les choix du ministère pèsent sur la carte scolaire en orientant l’utilisation des postes sur certaines priorités. Les besoins supplémentaires sont compensés par des fermetures qui vont avoir pour effet de dégrader davantage l’existant. C’est ce qui a été largement dénoncé partout dans les nombreuses mobilisations contre la carte scolaire.
Les opérations n’étant pas terminées, le SNUipp-FSU demande que les postes qui ont été conservés en réserve par les DASEN permettent prioritairement des ouvertures de classes et les créations de postes de titulaires remplaçant·es qui font actuellement défaut.
Le SNUipp-FSU appelle à porter auprès des parlementaires l’exigence d’un collectif budgétaire permettant une augmentation du nombre de places au concours et une rallonge en postes, comme cela été possible l’année dernière en raison de la crise sanitaire. Il s’agit aussi de créer des postes ASH et des supports de départ en formation pour développer notamment les Rased face aux conséquences psycho-éducatives de la crise. Il met en place pour cela un module en ligne d’interpellation des parlementaires dans le cadre de notre exigence d’une école sécure sous covid.
Plus largement, la sortie de crise nécessite un plan d’investissement massif pour la jeunesse et l’éducation.

Maternelle
En riposte à la note d’orientations du CSP de décembre s’attaquant aux fondements mêmes de l’école maternelle, le SNUipp-FSU a déployé une campagne syndicale cohérente et efficace : interventions médiatiques, réactivation du collectif « forum maternelle » permettant la publication de la tribune « défendons la maternelle » dans Libération, succès du webinaire « Maternelle attaquée : quelle riposte », campagne de RIS. Ces initiatives ont pesé sur les discussions engagées avec le MEN et permis des avancées significatives. De nombreux principes fondateurs de l’identité de la maternelle ont pu être préservés dans les projets de texte discutés. D’autres modifications sont à obtenir lors du CSE du 27 mai pour empêcher certaines orientations, ou l’importation d’attendus et de formes scolaires de l’élémentaire, qui renforceraient les inégalités scolaires et porteraient atteinte à la professionnalité enseignante.
L’action du SNUipp-FSU a permis d’éviter une dramatique remise en cause des programmes de 2015. Il appréciera ce texte à l’aune de son impact final.
Le colloque du 1er juin « Maternelle : il faut voir grand pour les petits » qui compte plus de 800 inscrit·es permettra aux enseignant·es et aux chercheur·es de poursuivre les débats et les réflexions afin de continuer à défendre les missions de l’école première.

Formation initiale
Le SNUipp-FSU poursuit son analyse et sa campagne d’information sur la réforme de la formation initiale auprès des formateurs et formatrices, des étudiant·es se destinant au métier d’enseignant·e ainsi que de l’ensemble de la profession prochainement confrontée, entre autres, à l’arrivée d’étudiant·es en mission d’enseignement sous contrat dans les écoles, ou encore à la désignation de tuteurs et tutrices par les IEN.
De plus la baisse de 1 525 places au concours de recrutement et la non reconduction du concours supplémentaire de Versailles sont un très mauvais message envoyé aux personnels et à la communauté éducative qui traduit une déconnexion des besoins du terrain. Cela risque aussi d’avoir pour conséquence un accroissement du déficit d’attractivité vers le métier d’enseignant·e. Le SNUipp-FSU écrit au Ministre pour exprimer son opposition à la baisse du nombre de postes au concours et demander une campagne de recrutements ambitieuse et pluri-annuelle.

Formateurs·trices
Face à la dégradation des conditions d’exercice du métier de formateurs·trices, et face à une réorientation, déjà entamée, de leurs missions, le SNUipp-FSU poursuit le travail d’information et de mobilisation. Dans les départements, il multiplie les RIS et organise nationalement une seconde réunion des responsables du dossier « formateurs·trices » des départements le mercredi 9 juin prochain afin de faire la synthèse des revendications.
II projette l’organisation d’un colloque liant question de formation et question de métier en novembre prochain.

Augmenter les salaires
Notre demande d’ouverture de négociations pour améliorer les carrières des agent·es portée par l’ensemble des organisations syndicales de la Fonction publique a reçu une fin de non-recevoir de la part de la Ministre de la Transformation et de la Fonction publique, qui reporte les discussions en juillet, lors du rendez-vous salarial annuel.
En lieu et place d’une véritable revalorisation générale (une seule augmentation de 1,2% du point d’indice depuis 2010), le gouvernement maintient son choix d’individualisation des rémunérations. La création d’une prime d’attractivité, censée améliorer la rémunération des débuts de carrière des enseignant·es et psyEN, d’une prime d’équipement informatique et d’une participation envisagée à la PSC, ne sauraient se substituer à une revalorisation conséquente du point d’indice qui prenne en compte les pertes de pouvoir d’achat accumulées ces dernières années.
Concernant la prime d’équipement informatique, le SNUipp-FSU poursuit ses interventions auprès du ministère pour obtenir son augmentation et sa généralisation à l’ensemble des enseignant·es.

Se mobiliser pour le service public d’éducation
Dans le contexte d’un regain de participation le 1er mai et le 9 mai aux marches pour le climat, le SNUipp-FSU continue de mobiliser les personnels. Dans la perspective d’une construction d’une grève d’ampleur en septembre sur tous les aspects du plan d’urgence, dont il porte la nécessité de fixer la date avant la fin de l’année scolaire, il impulsera dans un cadre national des initiatives de mobilisations dans les départements en juin. Ces initiatives peuvent être multiples, de la grève sur les moyens aux piques-niques revendicatifs en passant par toutes les actions de visibilité possibles, tout en y associant les parents d’élèves. Il initiera également une consultation d’ampleur des personnels pour nourrir notre analyse et notre projet pour l’école.
Cette consultation sur l’école et ses nécessaires évolutions pour la démocratiser et résorber les inégalités abordant le métier, son sens, les conditions de travail et la politique éducative poursuivie permettra d’incarner notre plan d’urgence pour l’école. Elle permettra également aux personnels d’échanger ensemble au sein des écoles autour de ces questions pour construire la grève. Sur les salaires, les organisations syndicales, CGT, FA-FP, FSU et Solidaires, appellent à faire du 15 juin prochain une journée d’actions et d’interventions pour que s’ouvrent sans tarder de véritables négociations pour obtenir une augmentation de la valeur du point d’indice et des mesures générales.

Direction et fonctionnement de l’école
Les dangers contenus dans la version initiale de la PPL Rilhac ont été renforcés lors du vote au Sénat. Une demande d’audience a été déposée pour exprimer au ministre notre opposition aux atteintes à l’organisation et au fonctionnement d’école qui se dessinent, et rejoignent par ailleurs les préconisations des ateliers du Grenelle. Le SNUipp-FSU est à l’initiative d’un tract intersyndical avec la CGT, FO et SUD pour dénoncer ce projet, exiger son abandon et obtenir enfin des avancées, notamment une augmentation significative de toutes les décharges et l’octroi urgent d’une aide administrative sous statut de la Fonction publique.
Le SNUipp-FSU poursuit ses décryptages, lancera une campagne en direction des député·es et mobilisera la profession.

AESH en grève le 3 juin
Après une première journée de mobilisation le 8 avril, dans un contexte de fermeture des écoles et établissements, l’intersyndicale nationale appelle à une nouvelle journée de grève le 3 juin. Le ministère reste toujours sourd aux revendications sur les salaires, l’amélioration des conditions de travail et l’abandon des PIAL. Localement les dysfonctionnements se multiplient (conduite des entretiens professionnels par les directeurs·trices, refus des journées de fractionnement, tassement des rémunérations au détriment de l’ancienneté...).
Dans ce contexte, la FSU lance une alerte sociale pour les AESH. Le SNUipp-FSU appelle à réussir massivement la journée de grève du 3 juin en facilitant par tous les moyens la mobilisation des AESH avec le soutien de l’ensemble des enseignant·es et de la communauté éducative pour obtenir les moyens d’une école véritablement inclusive.

ASH
Sous prétexte de pandémie, en raison d’un manque récurrent de personnel, la situation des élèves et des personnels relevant de l’ASH ne cesse de se détériorer. De plus en plus souvent, il est demandé aux enseignant·es des RASED ou des UPE2A de remplacer des PE absent·es. Le SNUipp-FSU condamne ce dévoiement des missions au détriment des élèves déjà fragiles et réitère sa demande urgente de recrutements massifs dans l’ASH.
Le protocole sanitaire impose dorénavant que les élèves d’Ulis, d’UE et d’UPE2A soient pris en charge uniquement dans leur classe de référence ou dans leur dispositif d’accueil. Le SNUipp-FSU exige qu’il revienne aux équipes d’apprécier les modalités de scolarité définies dans leur projet individuel de scolarisation, dans le respect du protocole sanitaire (gestes barrières, distanciation, désinfection, ...) avant d’appliquer la présence dans un groupe unique.
Le SNUipp-FSU continuera avec les personnels à défendre les enseignements spécialisés et adaptés en réfléchissant à des modalités d’action sur tout le territoire : audiences ASH, stages syndicaux, mobilisation devant les rectorats, journée de grève… Dans ce cadre, suite à son dépôt d’alerte sociale il a déposé un préavis de grève national pour les personnels enseignant.es du 1er degré de l’ASH.

Langues régionales
La loi Molac légitime l’accès aux langues régionales en apportant de réelles avancées en termes de visibilité des langues régionales, en remettant en évidence le rôle éducatif de ces langues et leur place dans le patrimoine culturel national et en les replaçant au sein de l’école publique. Désormais, l’enseignement des langues régionales est inscrit dans les horaires ordinaires des écoles maternelles et élémentaires, des collèges et des lycées sur tout ou partie des territoires concernés, dans le but de proposer l’enseignement de la langue régionale à tous les élèves. L’approche immersive est rendue dorénavant possible au sein de l’Éducation nationale, alors que c’était jusqu’à présent une particularité de l’enseignement associatif de statut privé (Calandreta, Bressòla, Diwan, Ikastola...). Le paiement obligatoire d’un forfait scolaire versé par les communes à l’école privée la plus proche si l’école publique ne dispense pas un enseignement de langue régionale n’est pas acceptable.
Dotations, créations de postes d’enseignants bilingues, moyens spécifiques afin d’éviter la concurrence entre filières bilingue et monolingue, formation sont au cœur de nos revendications et feront l’objet de discussions lors du stage organisé par le SNUipp-FSU et le SNES-FSU les 22 et 23 juin. Une enquête est proposée aux enseignant·es des 1er et second degrés durant ce mois de mai.

Mobilité
Les recours ministériels suivis par le SNUipp-FSU sur les résultats des permutations se sont multipliés (de 68 l’an dernier à 248 cette année). Cette augmentation montre l’importance de l’accompagnement des collègues par le SNUipp-FSU. Suite à la modification unilatérale des modalités d’examen des situations, il est inacceptable que seules certaines situations soient examinées dans le cadre de rencontres bilatérales prévues par les LDG. Le SNUipp-FSU intervient auprès du ministère et dans les différentes instances pour le dénoncer et permettre le traitement équitable de toutes les situations.
Dans le cadre des mouvements intra départementaux, le SNUipp-FSU reste mobilisé pour informer, décrypter, expliquer, conseiller et en dernier lieu accompagner les collègues sur leurs recours. Avec la fin des CAPD mouvement, l’équité et la transparence sont mises à mal. C’est pour cela que le SNUipp-FSU recueille des informations (barème et affectation) pour pointer les problématiques et redonner un cadre collectif de défense des personnels pour combattre opacité et passe-droits.
Plus généralement, les enseignant·es subissent de nombreuses dégradations de leurs droits. Le SNUipp-FSU continue d’interpeller le ministère sur la récurrence de mesures réglementaires injonctives et d’impossibilités d’exercer leurs droits. Le SNUipp-FSU continue de dénoncer la disparition du travail paritaire autour des questions de mobilité et de demander le retrait de la loi de transformation de la Fonction publique.

Retraité·es
Les retraité·es étaient plus de 20 000 dans les rues le 31 mars malgré les fortes restrictions sanitaires. Elles et ils ont exigé la possibilité de bénéficier de la vaccination pour toutes et tous les volontaires et "la levée de la propriété privée sur les brevets des vaccins", revendiqué un accès aux soins partout sur le territoire, notamment à l’hôpital public et réclamé la reconnaissance dans la branche maladie de la Sécurité sociale - avec un financement par les cotisations sociales - de la prise en charge de la perte d’autonomie.
Face au blocage des pensions, à l’augmentation de la fiscalité et à l’explosion des prix, cette journée a permis de renouveler leur demande d’indexation des pensions sur les salaires, eux-mêmes revalorisés.
D’ores et déjà, la FSU avec les organisations du groupe des neuf prépare une grande mobilisation à la rentrée pour remettre sur le devant de la scène les questions sociales.

Se syndiquer au SNUipp-FSU 09 !

  • pour construire ensemble le monde d’après ;
  • pour ne plus subir ;
  • pour retrouver du collectif ;
  • pour obtenir #unplandurgencepourlecole ;

·https://adherer.snuipp.fr/09

Le SNUipp ne bénéficie d’aucune subvention et ne vit que grâce aux cotisations de ses syndiqué.es pour informer et défendre tous les personnels. Vous pouvez adhérer par bulletin papier ou directement
en ligne par CB.

Facebook | Twitter

Pour nous rejoindre : http://snuipp.fr/teamSNU



Publications

Réseaux Sociaux

Rejoignez-nous sur Facebook

Listes de diffusion

Abonnez-vous à la liste de diffusion "Les actus du SNU09" pour recevoir directement nos dernères infos dans votre boîte courriel


Abonnez-vous à la liste RESF09 pour être informé des initiatives du Réseau Education Sans Frontières ariégeois.

A télécharger

Téléchargez le Guide spécial AESH - AED - contrats CUI (16 pages)

JPEG - 11.9 ko


Le SNUipp-FSU publie une brochure synthétique pour faire le point sur les principaux aspects de la carrière. Un document qui présente aussi les propositions du syndicat pour qu’enfin notre profession soit reconnue, respectée et revalorisée à la hauteur de son engagement pour les élèves et l’école.

Télécharger la brochure



Ma retraite : le guide pour connaître mes droits


Calculez votre retraite ! A LA FIN DU FORMULAIRE,APPUYEZ SUR LA TOUCHE "ENTREE".

Formulaire pour une simulation de calcul de pension A LA FIN DU FORMULAIRE,APPUYEZ SUR LA TOUCHE "ENTREE".


Guide sur la scolarisation du Handicap

Guide sur la Scolarisation du Handicap


Eduquer contre l’homophobie


Action sociale en faveur des personnels

Logement, repas, garde de jeunes enfants, frais d’études supérieures, vacances, handicap ... Quels droits ? Une brochure éditée par l’académie d’Aix-Marseille et publiée sur le site du SNUipp 04.

Télécharger la brochure :

PDF - 1.3 Mo